> Contexte et enjeux du projet

 

Le cadre spécifique dans lequel le projet s’insère est le croisement des notions de développement durable et de Smart City dans le contexte de la stratégie plus globale que la ville de Paris a identifié comme “un Paris intelligent et durable”.

 

En effet NATURPRADI s’insère pleinement dans les enjeux de développement écologique et social propres au développement durable, tout en favorisant des projets issus des technologies de l’information et de la communication. La double injonction “top down” (suivant les normes nationales et internationales) et “bottom up” (avec la demande des habitants et des associations) de la végétalisation du milieu urbain et de l’utilisation des outils numériques semble dessiner un nouveau cadre pour l’action publique qui entraîne des expérimentations, tant au niveau de la formulation des besoins (et leur traduction en diagnostics urbains,) qu’au niveau de la réalisation des projets (à travers la redéfinition des limites entre public et privé).

 

Cette nouvelle relation en construction entre ville, habitants, nature et numérique, présente aujourd’hui des discontinuités dues à un lien faible entre les pratiques existantes, le besoin de création de nature en ville exprimé par les habitants, l’espace disponible du domaine public, les politiques publiques existantes et les possibilités fournies par les outils numériques. Ces discontinuités exigent un travail d’analyse approfondie, pour faire en sorte que cette nouvelle relation soit “productrice de ville” et pas seulement un réflexe partiel et médiatique d’une volonté politique.

 

→ Objectifs urbanistiques :

La plateforme numérique Végétalisons Paris constituera un outil de support à la création des 100 ha de nature en ville.Pour ce faire, ce nouveau dispositif favorisera l’émergence et l’accompagnement de nouveaux projets urbains de végétalisation, stimulant le montage de consortia d’acteurs inédits (habitants, bailleurs sociaux, entreprises, associations, etc.). Le projet s’attachera à favoriser l’émergence des nouvelles formes de gouvernance urbaine pour :

  • Favoriser des nouveaux projets de végétalisation “bottom up”, répondant aux besoins d’espaces verts et de pratiques engagées par les habitants.

  • Mettre en valeur les projets existants afin de limiter le conflit autour des usages et des transformations des espaces urbains.

  • Tester des nouvelles modalités de collaboration entre différents acteurs, tels que les directions de la Ville, les bailleurs, les syndics, les propriétaires, les associations, les habitants, les porteurs de projet publics et privés.

  • Tester un nouveau dispositif (plateforme Végétalisons Paris) qui puisse faire surgir et faciliter des projets à partenariat public-privé.

  • Promouvoir un modèle opérationnel de planification des espaces de nature en ville, partagé entre plusieurs acteurs, replicable en termes d’outil numérique et de critères/indicateurs pour évaluer le processus dans d’autres villes.

En même temps le projet construira un Atlas de la nature en ville à Paris qui sera le support nécessaire, analytique et critique pour comprendre comment ces nouveaux projets et ces nouvelles formes de gouvernance et de pratiques s'insèrent dans une histoire urbaine (et urbanistique) de la nature en ville à Paris.

 

→ Objectifs environnementaux :

Le projet interrogera et analysera comment la plateforme sera capable de 

  • Favoriser le développement de discours et de pratiques durables autour de la biodiversité et aider à promouvoir les techniques de végétalisation auprès des habitants, des associations et des entreprises. 

  • Encourager la végétalisation des espaces bâtis (toitures, façades…) favorisant des types de nature différents (gazons, agriculture urbaine, etc.) prévue dans le programme des 100 ha.

Dans ce cadre, en utilisant la stimulation de nouveaux projets de végétalisation en ville, la plateforme sera notamment un outil pour participer au rafraîchissement de la ville (en limitant l’effet «îlot de chaleur urbain »), lutter contre le changement climatique, améliorer la qualité de l’air et le confort thermique et acoustique des bâtiments.

 

→ Objectifs techniques :

Le projet présente un volet technique qui veillera à :

  • Suivre et évaluer en “temps réel” le développement de nouvelles surfaces végétalisées et recenser les projets de nature en ville existants. 

  • Mutualiser les données pour une meilleure gestion et transversalité du travail de l’administration et veiller à répertorier ces données.

  • Contribuer à la connaissance du territoire, c’est-à-dire cartographier la présence des espaces verts selon les formes urbaines grâce à la participation active des habitants (crowdsourcing.

  • Développer la publication en open data de données inhérentes à la végétalisation dans la ville de Paris.

Le consortium veillera ainsi à analyser de manière critique l’efficacité du processus de conception et de mise en œuvre de la plateforme numérique Végétalisons Paris, afin de permettre, entre autres, de garantir sa reproductibilité sur d’autres territoires.