ATLAS DE LA NATURE EN VILLE 2 : NOUVEAUX ACTEURS ET                                                             PROJETS

OBJECTIFS 

 

Mise en ligne de la plateforme et suivi des projets

L’objectif principal de cette tâche est de comprendre de quelle manière la plateforme arrive à proposer une nouvelle façon d'aménager la ville et des nouvelles dynamiques de gouvernance urbaine. A partir de la mise à l’essai de la plateforme, seront analysés les acteurs qui interviennent et l’idéal urbanistique du rapport entre ville et nature qui émerge de leurs discours (commentaires, posts, images, etc.) et pratiques (projets proposés, activités, etc.). Sera étudiée la compréhension sur le terrain l’impact de l’outil numérique en termes de pratiques urbaines, de réseau d'acteurs et le rapport avec le numérique (points faibles, aspects valorisés). Cela sera nécessaire pour envisager les évolutions de la plateforme (nouvelles nécessités, nouveaux services urbanistiques liés à la nature en ville).

 

Pour ce faire, un échantillon des projets déposés sur la plateforme sera choisi et analysé avec la grille d’analyse produite précédemment (T#2). Un travail sur le terrain débutera alors pour suivre de près la création de ces projets, les jeux d’acteurs au sein des équipes de projet, la négociation des espaces, leur conception et leur mise en œuvre.

En même temps, il s’agira de suivre et de comprendre le rôle de la plateforme sur le Web, à partir des traces qu’elle et ses utilisateurs laisseront (présence sur les réseaux sociaux, hyperliens, etc.). Ce double accès donnera à voir les déploiements (matériels et immatériels) de la plateforme.

 

MÉTHODES

 

Open innovation

Afin de comprendre quels effets, limites et avantages sont apportés par la nouvelle plateforme et comment intervenir pour favoriser une évolution de l’outil, des échanges entre acteurs seront prévus :

  • 4 focus groupes avec les habitants
  • 2 ateliers de travail publics avec les porteurs de projets et les habitants (meetup)
  • 3 ateliers semi-ouverts entre la Ville de Paris, les chercheurs, l’association Graine de Jardins, les bailleurs, les associations d’habitants, les grandes associations (telles que NatureParif ou l’APUR), les entreprises, les agences
  • 26 réunions internes Ville-chercheurs (deux fois par mois).

Analyse urbaine et socio-anthropologique

Sélection des projets et des acteurs à suivre (entretiens semi-directifs et observation participante) sera faite selon :

  • La variété des interlocuteurs et des échelles dans lesquelles ils agissent (individus, associations, entreprises, aménageurs des espaces urbaines, acteurs publics)
  • La diversité des supports (sol, toit, mur, etc.) et des types de végétalisation (degré de biodiversité, vocation alimentaire)
  • La diversité des échelles d’action
  • L’implication d’un sujet ou d’un acteur au sein de la plateforme et dans les projets urbains issus de la plateforme.

Digital methods

Partant du cadre conceptuel de la théorie de l’Acteur-Réseau, seront analysées les pratiques numériques des acteurs et des agents pertinents parisiens sur le Web. Le but sera la création d’une “cartographie du Web” thématique autour de la nature en ville :

  • Des requêtes sur différents moteurs de recherche seront lancées avec les mêmes mots-clés employés pour la recherche d’images (T#2). Analysant l’ordre des résultats aux requêtes, émergeront les acteurs qui y contribuent.
  • Ensuite, un suivi des relations sur le Web sera fait (sous forme d’hyperliens) entre les acteurs actifs sur la plateforme à travers le crawler HYPHE (outil de création des corpus Web) développé par le Médialab.

Enfin, pour comprendre le rôle de Végétalisons Paris sur le Web, il s’agira de croiser le réseau d’acteurs issus de la première recherche (générique) avec celui issu de la deuxième (à partir des acteurs présents sur la plateforme).